1995-1996 – États généraux sur l’éducation

En avril 1995, le ministre de l’Éducation du Québec de l’époque, Jean Garon, lance officiellement les États généraux sur l’éducation, enclenchant du même coup un processus devant mener à une réforme du système scolaire québécois.

La commission des États généraux sur l’éducation est coprésidée par Lucie Demers, une enseignante en adaptation scolaire, et Robert Bisaillon, le président du Conseil supérieur de l’éducation. Les quinze membres de la commission ont d’abord le mandat de soumettre à la population un document présentant la situation de l’éducation au Québec. Dans un deuxième temps, les commissaires sillonneront la province pour procéder à des consultations régionales. Enfin, la commission tiendra des assises nationales afin de dégager les consensus qui constitueront les grandes orientations de la réforme à venir.